Archives de catégorie : Gestion d’entreprise

Présentation des principaux outils de la gestion d’entreprise :

  • le compte de résultat opérationnel qui permet de mieux appréhender l’organisation de l’entreprise et d’analyser sa rentabilité,
  • les SIG dont l’objectif est de pouvoir comparer les principaux ratios des entreprises d’un même secteur
  • le prévisionnel de trésorerie qui présente les flux de trésoreries (encaissements et décaissements) sur une période afin de prévoir la situation de trésorerie de l’entreprise
  • le bilan de l’entreprise qui traduit la performance financière de l’entreprise.

Cas pratique : analyse financière

Afin de créer votre agence de communication, vous avez établi sur la 1ère année un compte de résultat prévisionnel, un budget prévisionnel de trésorerie et un bilan prévisionnel.

Soucieux de développer votre activité, vous avez décidé en janvier N+1 d’ajouter une activité de négoce à votre activité de conseil.

Dans le fichier excel ci-dessous, vous retrouverez le prévisionnel de l’année N ainsi que la situation au 30 juin N+1 : compte de résultat (comparatif réel vs budget) et bilan.

A partir de ces 2 documents, vous pouvez analyser la situation de l’entreprise et proposer des actions correctives.

Objectifs du cas pratique : se familiariser avec le compte de résultat – le prévisionnel de trésorerie – le bilan | analyser la performance économique et financière de l’entreprise |

Analyse-fi

Le prévisionnel de trésorerie

Pourquoi faire un prévisionnel de trésorerie ?

L’objectif du prévisionnel de trésorerie est de définir la situation de la trésorerie de l’entreprise pour chaque mois de l’année à venir, afin de ne pas se retrouver avec un découvert bancaire ou en cessation de paiement.

On va donc définir pour chaque mois, ce que l’entreprise va

  • ENCAISSER : emprunt bancaire, subvention, règlements clients (TTC)
  • DECAISSER : règlement des fournisseurs (TTC), organismes sociaux et Trésor Public, les achats d’immobilisations (TTC), les remboursements d’emprunts et les achat de stock (TTC)…

SITUATION DE TRESORERIE = ENCAISSEMENTS TTC – DECAISSEMENTS TTC

Faire un prévisionnel de trésorerie permet de connaître la situation de trésorerie de l’entreprise mois par mois, afin de pouvoir prendre les mesures nécessaires :

  • en cas de déficit ponctuel, l’entreprise pourra décaler des dépenses, pratiquer de l’escompte de facture ou négocier une autorisation de découvert avec son banquier…
  • en cas de déficit structurel, l’entreprise devra renforcer ses capitaux permanents.
  • en cas d’excédent, l’entreprise pourra placer sa trésorerie à CT/MT voire LT et dégager des produits financiers.

Comment élaborer le prévisionnel de trésorerie ?

Le prévisionnel de trésorerie est réalisé à partir de la mensualisation du compte de résultat, des achats de produits & MP, des immobilisations, des remboursements d’emprunts… de tous les encaissements et décaissements de l’entreprise.

L’incidence de la TVA et des délais de règlement

Les produits et les charges issus de la mensualisation du compte d’exploitation subissent 2 éléments correctifs lors de l’élaboration du prévisionnel de trésorerie :

  • Incidence de la TVA : la TVA est neutre du point de vue du résultat comptable. Elle a en revanche une incidence directe sur la trésorerie, puisque l’entreprise paye les factures d’achat pour leur montant TTC et récupère auprès de l’Etat, avec un décalage dans le temps le montant de la TVA déductible.
  • Décalages de paiement : il peut y avoir un décalage (significatif) entre l’achat et son règlement. De plus pour les achats stockés, le compte d’exploitation ne prend en compte que les achats consommés alors qu’en terme de trésorerie on prendra en compte les achats (consommés et stockés).

Les stocks

Dans le compte de résultat, on prend en compte les consommations. Un produit non consommé qui serait stocké, ne serait donc pas pris dans les charges de la période.

Dans le prévisionnel de trésorerie, on prendra en compte l’achat, que le produit ait été consommé ou non. On va donc s’intéressé au décaissement que représente un achat.

La masse salariale

Masse salariale = Salaire Net + Charges Sociales Salariales + Charges Sociales Patronales

Salaire Brut = Salaire Net + Charges Sociales Salariales

Au niveau de la trésorerie, pour les salaires, on distinguera :

  • le salaire net (qui est versé à la fin du mois concerné)
  • des charges salariales et patronales (qui sont payées aux organismes sociaux mensuellement ou trimestriellement en fonction de la taille de l’entreprise).

Les immobilisations

Dans le compte de résultat, la charge correspondant à une immobilisation est l’amortissement (constatation de la dépréciation de l’immobilisation).

Dans le prévisionnel de trésorerie, on ne prend pas en compte l’amortissement (qui n’est rien d’autre qu’une charge sur un bien acquis précédemment) mais le décaissement correspondant à l’achat de l’immobilisation lorsque celui-ci a eu lieu.

Les emprunts

Dans le compte de résultat, on ne prend en compte que les intérêts relatifs à l’emprunt. En effet, pour l’entreprise, seuls les intérêts représentent une charge.

Dans le prévisionnel de trésorerie, on ne prend pas en compte le montant de l’échéance qui sera payé à la banque : intérêts + remboursement du capital.

Le Budget de TVA

Une fois tous les tableaux d’encaissements et de décaissements faits, on réalise le budget de TVA :

La TVA a en effet une incidence sur la trésorerie, puisque

  • collectée par l’entreprise, elle est reversée à l’Etat
  • payée par l’entreprise elle est déduite de la TVA collectée

pour donner le montant de la TVA à payer ou le crédit de TVA sur la période (on peut demander le remboursement du crédit de TVA).

Le règlement de la TVA se fait mensuellement ou trimestriellement en fonction du régime de l’entreprise.

 

Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

Objectifs des Soldes Intermédiaires de Gestion

L’intérêt des SIG est de comprendre comment le résultat, qui est la conjugaison …

  • d’une activité de négoce,
  • d’une politique commerciale,
  • d’un choix industriel (internalisation, sous-traitance…

… s’est constitué.

Les Soldes Intermédiaires de Gestion permettent :

  • d’apprécier la performance de l’entreprise,
  • de décrire la répartition de la richesse créée par   l’entreprise entre les salariés, l’Etat, les   actionnaires et l’entreprise,
  • de comprendre la formation du résultat.

Ils expliquent la formation du résultat de l’exercice en analysant les différentes étapes de création de valeur de l’entreprise, selon de découpage suivant : exploitation, financier et exceptionnel.

Présentation des Soldes Intermédiaires de Gestion et significations

La Marge Commerciale

Elle constitue un élément fondamental des entreprises de négoce, car elle permet de mesurer la performance commerciale de l’entreprise. La marge commerciale représente le gain net que l’entreprise réalise sur la revente de produits achetés en l’état.

L’évolution dans le temps de la Marge Commerciale peut dépendre des prix / du mix produits / des coûts d’achat des marchandises vendues.

MARGE COMMERCIALE = (+) Montant des Ventes de marchandises (-) Coût d’achat des marchandises vendues

Le taux de marge commerciale (Marge commerciale / CA HT) permet d’évaluer la capacité de l’entreprise de maintenir ses marges.

La Production de l’exercice

Elle mesure le niveau d’activité économique de l’exercice (alors que le CA mesure le niveau de vente de l’exercice).

La production de l’exercice est généralement étudiée sur plusieurs années et est comparée à la production moyenne des entreprises du même secteur. Seule la production vendue est génératrice de recettes pour l’entreprise.

PRODUCTION DE L’EXERCICE = (+) Production vendue (+) Production stockée (+) Production immobilisée

La Valeur Ajoutée

Elle exprime la création ou l’accroissement de valeur apportée par l’entreprise (que celle-ci ait été vendue, stockée ou immobilisée) aux biens et services en provenance des tiers au cours d’une période.

La valeur ajoutée représente la richesse dégagée par l’entreprise et permet de mesurer l’efficacité des moyens de productions (force de travail et outils de production). Elle est partagée entre les différents partenaires de l’entreprise et l’entreprise elle-même.

Le taux de VA (Valeur ajoutée / CA HT) traduit la structure de production de l’entreprise. L’analyse de l’évolution de la VA permet de détecter si les méthodes de production ont changé. Par exemple, une baisse de la VA peut traduire un recours à la sous-traitance.

Le ratio (VA / Effectifs) traduit la productivité de l’entreprise.

L’Excédent Brut d’Exploitation

Il exprime la capacité de l’entreprise à générer du profit.

C’est le meilleur SIG pour réaliser des comparaisons interentreprises car son calcul est effectué avant prise en compte des politiques d’amortissement (calcul des amortissements) et des politiques financières (calcul des charges financières). Il représente donc les liquidités que l’entreprise tire de son exploitation et mesure la rémunération des apporteurs de capitaux.

L’équivalent anglais de l’EBE est l’EBITDA que l’on retrouve souvent dans les rapports annuels.

EXCEDENT BRUT D’EXPLOITATION = (+) Valeur Ajoutée (+) Subvention d’exploitation (-) Impôts & taxes (-) Salaires & traitements (-) Charges sociales

Le taux de rentabilité économique (EBE / Ressources Stables) mesure la rentabilité des capitaux investis dans l’entreprise.

Le taux de marge brute d’exploitation (EBE / CA) indique ce qu’il reste à l’entreprise d’1 € de CA pour renouveler ses investissements et payer les charges financières.

Le ratio (EBE / VA) mesure la part de richesse qui sert à rémunérer les apporteurs de capitaux et à renouveler le capital investi.

L’excédent brut d’exploitation est une approximation du surplus monétaire (cash flow) généré par l’entreprise au cours d’une période. C’est donc une composition importante de la Capacité D’Auto-Financement (CAF) de l’entreprise (auquel il faudra rajouter les éléments financiers et exceptionnels). On appelle autofinancement, la CAF diminuée des dividendes versés. Plus la CAF est élevée, plus les possibilités financières de l’entreprise sont grandes : financement des investissements et remboursement des emprunts.

Le ratio (Dettes financières / CAF) traduit la capacité d’endettement de l’entreprise. C’est un ratio qui est souvent utilisé par les banques pour valider ou non un emprunt.

Le Résultat d’Exploitation

Il mesure la performance industrielle et commerciale de l’entreprise en prenant en compte les efforts d’investissement.

RESULTAT D’EXPLOITATION (+) Excédent Brut d’Exploitation (-) Dotation aux amortissements d’exploitation (-) Dotation (+) Reprises sur provisions d’exploitation

Viennent ensuite le résultat courant avant impôts, le résultat exceptionnel et le résultat net comptable.