Gérer

Le compte d’exploitation dynamique

Lorsque l’on est dirigeant d’entreprise, il me semble que la première chose à faire est de s’interroger sur la rentabilité de son activité.

Nous allons donc voir comment créer une matrice de compte d’exploitation (dynamique) qui va vous permettre 1) de mesurer la rentabilité de votre activité 2) de réaliser des arbitrages entre les différentes caractéristiques de votre offre (le mix marketing).

Le compte d’exploitation est un tableau synthétique dans lequel sont regroupés les produits et les charges de l’entreprise.

La différence entre les produits et les charges donne le résultat d’exploitation de l’activité.

Si elle est positive, cela signifie que votre activité est profitable. Si elle est négative cela signifie que votre activité est déficitaire.

Le compte d’exploitation, pour mesurer la rentabilité

LES PRODUITS correspondent à ce que vous allez facturer à vos clients. C’est ce que l’on appelle le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Souvent il est le résultat d’un prix unitaire (HT) multiplié par des quantités vendues.

LES CHARGES quant à elles correspondent aux dépenses que vous allez engager dans le cadre de votre activité. Il peut s’agir d’achat de matières premières ou de produits finis, de salaires, de dépenses publicitaires (charges directes discrétionnaires) et de frais généraux (loyer, assurance amortissements…)

Pour réaliser un compte d’exploitation nous allons distinguer les charges en fonction de leur destination et de leur nature : la nomenclature des charges.

LES CHARGES VARIABLES : ce sont des charges qui varient proportionnellement au chiffre d’affaires. Proportionnelle, cela signifie que ces charges évoluent dans la même mesure, dans la même proportion que le chiffre d’affaires. C’est le cas d’un magasin de chaussures qui pour vendre dix chaussures devra en avoir acheté dix…  ou encore un restaurant qui pour vendre 10 plats du jour devra en avoir acheté ou fabriqué 10…

Ce n’est donc pas le fait que la charge est variable qui est retenu, mais qu’elle est proportionnelle. Cette notion de proportionnalité est essentielle.

LES CHARGES DISCRETIONNAIRES : il s’agit de dépenses qui sont engagées par l’entreprise dans le but de développer son chiffre d’affaires. Ce sont donc généralement des frais marketing ou de publicité. Elles sont qualifiées de discrétionnaires car elles sont réalisées à la discrétion du dirigeant. Il est intéressant de les isoler afin de pouvoir mesurer leur impact sur le développer du chiffre d’affaires.

Etant donné qu’elles ne varient pas proportionnellement au chiffre d’affaires, elles sont considérées comme des charges fixes.

LES FRAIS GENERAUX : il s’agit en général de frais de structure tels que les salaires, le loyer, l’assurance, la consommation d’électricité, les abonnements, les frais de maintenance et d’entretien, les frais de location et les amortissements…

Ces charges ne variant pas proportionnellement au chiffre d’affaires elles sont donc également considérées comme des charges fixes. (La consommation d’électricité varie bien d’un mois sur l’autre, mais indépendamment du chiffre d’affaires).

Mise en garde : si vous êtes une entreprise soumise à la TVA, le compte d’exploitation se réalise avec des montants HT puisque vous collectez la TVA pour le compte de l’Etat sur les produits que vous vendez et vous récupérez la TVA sur les produits que vous achetez.

Formule pour calculer le HT à partir du TTC : Prix TTC /(1+taux de TVA)

Une fois que vous avez défini les produits et les charges de votre activité, il vous suffit de les lister dans une présentation verticale afin d’obtenir votre compte d’exploitation.

Nous verrons cela dans un prochain article : exemple d’un compte d’exploitation dynamique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *